Portrait d'un Chinois devant une toile peinte d'un paysage, Chine, Pékin, années 1890

Portrait d'un citoyen suisse devant une toile peinte d'un pavillon de jardin, Chine, Tianjin, 1895

Autrefois, les lettrés chinois prenaient le temps. Le temps de rêver, le temps de flâner, le temps de regarder toutes ces petites choses qui nous entourent et auxquelles nous ne prêtons plus attention. Pourquoi n'en ferions-nous pas autant? Voici donc un petit cabinet de curiosités virtuel qui sera alimenté au gré des humeurs et des trouvailles. Une proposition de promenade comme une échappée dans un marché aux puces, ou comme une évasion symbolique dans la montagne sur une pierre de lettré.

Mandarin et son serviteur, peinture dite "de Canton" à la gouache sur papier de riz (Tetrapanax papyrifera), Chine, 1850 environ

Mandarin et son serviteur, peinture dite "de Canton" à la gouache sur papier de riz (Tetrapanax papyrifera), Chine, 1850 environ

Vue de La Pria Grande à Macao, gravure occidentale rehaussée d'aquarelle d'après Thomas Allom, 1843

Paysage imaginaire, effets de la rouille sur du métal peint, époque contemporaine

Boîte à motif de papillons, métal peint, Europe, années 1930

La fabrication de l'encre en Chine, gravure occidentale parue dans l'Illustration, années 1860

Mère à l'enfant, peinture sous verre, Chine, XXe siècle

Vélo chinois vintage "Shanghai 1943"

Fabrication de l'encre en Chine, L'illustration, 1860

Détail sculpté d'une armoire d'époque art nouveau, environ 1900

La fabrication du papier en Chine, gravure occidentale parue dans l'Illustration, années 1860

La tour de porcelaine de Nankin, gravure occidentale, 1844

De nombreux édifices ont fait les frais des guerres de l'opium et n'existent plus aujourd'hui. C'est le cas notamment de la fameuse pagode de porcelaine qui surplombait la ville de Nankin et dont il ne reste aujourd'hui plus que des gravures. 

Musicienne, peinture dite "de Canton", gouache sur papier de riz (Tetrapanax papirifera), Chine, Canton, années 1850

Musicienne, peinture dite "de Canton", gouache sur papier de riz (Tetrapanax papirifera), Chine, Canton, années 1850

Chinoises, femmes de négociants à San Francisco, gravure occidentale, 1862

Boîte à biscuits chinoise à motif de pivoines et d'insectes, couleurs sur métal, Chine, années 1920-1930

La Pria Grande de Macao, gravure occidentale colorée à l'aquarelle d'après Thomas Allom, 1843

Dîner de cérémonie chez un mandarin, gravure rehaussée d'aquarelle d'après Thomas Allom, 1843

Ancien boîtier de montre suisse faite pour le marché chinois transformée en boîte, émaux sur métal et argent, marque Juvet, années 1860 à 1880

Magnifique découverte dans les salles de ventes à Genève. Cet ancien boîtier de montre reconverti en boîte! Autrefois au XIXe siècle, les ateliers neuchâtelois créaient pour la Chine les plus pures merveilles horlogères. Un calibre dit "chinois" embelli d'émaux souvent commandés aux artisans genevois et qui connaissait un succès retentissant. Le décor exotique - ici un portrait de femme blonde élégante tenant un éventail - séduisait alors son monde. 

La ville de Pékin d'après un plan chinois en relief, 1864

Le Tsu-King-Tching, ou palais de l'empereur de Chine à Pékin, gravure d'après un dessin de Salières, 1861

Cette vision originale de la Cité interdite, palais impérial de Pékin, a été effectuée depuis la Colline de charbon. On distingue au loin quelques édifices des quartiers occupés par les Occidentaux, aux portes de la capitale.

Boîte à biscuits à motif d'échassiers dans un champ de lotus, couleurs sur métal, Europe, années 1920

Encore une nouvelle découverte aux puces de Genève!

Voiture de voyage chinoise, Chine, années 1920 probablement

Pharmacie chinoise donnant sur la rue, gravure occidentale, 1864

Boîte à cigarettes à motif de bambous, métal argenté, années 1920

Nouvelle trouvaille aux puces de Genève...

La caille de Chine, gravure occidentale tirée des Oiseaux de Buffon, 1835

Le zénecolin de Chine, gravure occidentale tirée des Oiseaux de Buffon, 1835

C'est aussi la faune et la flore de Chine que les Occidentaux découvrent avec bonheur au XIXe siècle. 

Nature morte au vase chinois, aquarelle sur papier, par Wang Yong (né en 1948), 1961

Chinois lavant les sables aurifères au rocker, gravure occidentale de 1863

De nombreuses traces demeurent qui racontent l'immigration chinoise aux Etats-unis, particulièrement pendant la période de la Ruée vers l'or.

Panneau de bois sculpté ancien avec personnages, Chine

Boîte à décor d'immortelle accompagnée de son serviteur, métal peint aux émaux, Chine, XXe siècle

Affiche du film japonais "Le témoin", adaptation pour le marché chinois, 1977

"La Cuisine chinoise" par Henri Lecourt, édition originale 1925, Pékin, réédition en facsimile de 1968

Ce livre a une histoire, il a été écrit en 1925, à Tianjin, par Henri Lecourt, un français qui était directeur du bureau de poste de la concession française. L'auteur s'y installa à la fin de la guerre des Boxers et y restera jusqu'en 1930. Il épousa une chinoise qui l'initia à l'art culinaire et lui apporta sa collaboration dans la mise au point de ce recueil. 

Ancienne poste de la concession française de Tianjin, aujourd'hui transformée en musée

Son premier éditeur, Albert Nachbaur, était alors très impliqué dans la vie des quelques 10'000 Européens installés à Pékin entre deux-guerres. Il était directeur et propriétaire du Journal de Pékin. Dans la ville impériale, il avait même fondé une sorte de "Monmartre chinois": la commune libre de Pi Yu Tse (le Nuage de Jade Vert). Les personnes les plus influentes de la communauté internationale s'y réunissaient et formaient alors le fascinant "Ordre du Nuage vert".